Menaces et risques

Le défi génétique

 

Au cours de la dernière glaciation, il y a environ 10 000 ans, près de 75 % des espèces de mammifères ont disparu de la Planète. Seul un petit nombre de guépards a survécu. Les guépards actuels sont ainsi les descendants des rares survivants de cette lointaine époque.

 

La réduction de leurs territoires et de leurs proies fait que les populations de guépards consistent souvent en de petits groupes, très isolés les uns des autres. D'où un fort taux de consanguinité, avec pour conséquences une diminution des naissances, des malformations génétiques et une moindre résistance aux maladies et à de brusques changements de leur environnement. Le risque est grand qu’une épidémie entraîne l’extinction de populations entières de guépards.



Un déclin inexorable ?

 

A la fin du XIXe siècle, le guépard occupait un large habitat couvrant l’Afrique et une partie de l’Asie, jusqu’en Inde. Plus de 100 000 guépards se partageaient alors ce vaste territoire.

 

A présent, l’espèce a disparu dans plus de 20 pays. On estime aujourd’hui la population de guépards sauvages à moins de 8 000 individus, les populations les plus importantes se trouvant en Namibie et au Botswana. Le Guépard asiatique ne se rencontre désormais qu'en Iran où la population de guépards sauvages est estimée à 50 individus, voire moins !

 

A ce rythme, le guépard pourrait bien avoir disparu du milieu sauvage dans            les 20 ans à venir…



Les raisons d’un conflit

 

Timide et peu agressif, le guépard évite de se confronter aux autres grands prédateurs. Moins puissant que le lion, le léopard ou la hyène, il est souvent contraint de leur abandonner ses proies.

 

En Afrique, environ 90 % des guépards vivent donc en dehors des réserves et parcs nationaux qui abritent d’importantes populations de grands prédateurs, ces derniers constituant une menace pour leur survie et celle de leurs petits. En conséquence, les guépards vivent et se déplacent sur les terres de fermiers et d'éleveurs, ce qui accroît le risque de conflits entre êtres humains et faune sauvage.

 

Bien qu’ils préfèrent se nourrir de gibier, les guépards peuvent être amenés à s’en prendre au bétail, notamment parce que l’accroissement de l’occupation humaine et de ses activités entraîne une diminution de leur habitat mais aussi du nombre des proies sauvages, indispensables à leur survie. La présence de ces félins sur les territoires des fermiers est ainsi souvent considérée comme une menace pour le bétail. Et même si, dans la plupart des cas, les pertes de bétail sont causées par d'autres prédateurs que les guépards, les fermiers éliminent souvent sans discrimination les guépards qui s’aventurent sur leur domaine. Pourquoi ? Tout simplement parce que le Guépard chasse pendant la journée, c'est donc lui que voient les personnes, alors que lions, léopards et hyènes chassent plutôt à la nuit tombée et sont par conséquent moins visibles....

 

La diminution, voire la destruction de leur habitat, la réduction des proies,  les conflits entre êtres humains et faune sauvage, mais aussi le commerce illégal et le braconnage de la faune sauvage sont ainsi les principales causes du déclin de l’espèce.

 

En effet, il existe toujours une forte demande de guépards, considérés dans certains pays comme des animaux de compagnie, et souvent considérés comme symbole d'un certain statut social. En conséquence, la capture de guépards dans leur milieu naturel est importante et menace encore plus la survie de l'espèce. Il faut savoir    que sur SIX GUEPARDEAUX CAPTURES ILLEGALEMENT, UN SEUL SURVIT AU VOYAGE !!!.... Ceci entraîne donc de très nombreuses captures pour pouvoir répondre à cette demande. Par ailleurs, par manque de soins et d'une nourriture appropriée, les survivants à ce voyage meurent généralement dans les 2 ans.



Une espèce hautement menacée…


Aujourd’hui, le guépard est sérieusement menacé d’extinction.

Classé comme espèce « vulnérable » dans la liste rouge de l’IUCN, il figure sur l’annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES), qui en interdit totalement le commerce.

 

Comme tout prédateur, les guépards jouent un rôle important dans la préservation de l’écosystème et de la biodiversité. En régulant le nombre d’herbivores, ils contribuent en particulier au maintien d’une population saine et en bonne santé d’animaux sauvages.



cheetah-guépard-félins © James Temple

Laurie Marker avec Chewbaaka, son premier Ambassadeur.

Laurie avec ses quatres jeunes Ambassadeurs.

Rebecca au Salon                         des Consommateurs, Botswana

Rebecca forme un fermier sur la protection du bétai

 

 



Un ocelot

La lutte pour sauver le tigre.

Un jaguar au Brésil.

Mise à jour du Site

le 23/02/2017

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
www.amifelins.fr | contact@amifelins.fr | Association / JO 20090015 - 11/04/2009